Histoire naturelle des lieux...

Publié le par Fabrice

Histoire naturelle des lieux de Laudun, Orsan et Coudoulet ( mai 1786 )

2e Prix ( jeton d’or ) remis à M. YCARD Etienne de Laudun Docteur en médecine à Bagnols

Coudoulet est un village à une lieue de Laudun, nord est, et demi lieue d’Orsan, sud est, dans un terrain plat, presque formée par la jonction de la rivière de Cèze au Rhône.

Ce fleuve qui baignait l’extrémité orientale du village, il y a quelques années, a été dévié par de digues faites à dessein de conserver une partie considérable de terrain qu’il menaçait d’emporter et passe aujourd’hui à la distance d’un quart de lieue.

Pendant les grandes crues l’eau regorge dans cet ancien lit qui en a été rétréci et comblé à demi par des dépôts limoneux. Elle y pénètre encore par infiltration et cette eau appelée lone n’a plus qu’un courant invisible et point du tout lorsqu’elle y est en petite quantité.

Le bord oriental de cette lone qui n’a pas aujourd’hui plus de six toises de largeur est recouvert jusqu’à une certaine distance de saules taillis fort épais et l’occidental orné de petits jardins attenants aux maisons complantés d’arbres fruitiers, en d’autant plus grand nombre, que le sol est plus propre à la végétation.

On peut diviser les coudouletiers en deux classes.

Celle des riches qui consiste en six à sept bourgeois et

sept à huit ménagers et celle des pauvres qui renferme le reste des habitants.

Il est peu de petits pays où les biens fonds soient partagés avec autant d’inégalité qu’ils le sont à Codoulet.

La première classe a tout, l’autre n’a presque rien. Le travail de la terre occupe le général des habitants, la pêche et cueillette des paillettes d’or, le restant.

Ceux cy forment précisément la partie du peuple la plus mesurable et sont a leurs concitoyens une preuve que la source de la véritable naissance du pays est dans la culture du sol, la sobriété et l’économie domestique.

Les rues presque toujours fangeuses et pleines de fumier sont assez larges à Coudoulet. Les maisons des riches y sont assez bien bâties. Celle des pauvres, inhabitables, en terre ou à mortier. Plusieurs n’ont que rez de chaussée, sans pavé, sur une terre toujours humide et sous un toit mal uni. D’autres ont un étage supérieur séparé du rez de chaussée par de planches mal unies et recouvert d’un toit qui n’empêche ni les rosées très abondantes à Coudoulet, ni les gelées blanches de pénétrer dans les armoires les mieux fermées.

On traverse le cimetière pour entrer dans la paroisse de Coudoulet, dans le milieu du village.

Les habitants de ce petit pays sont poli, affables et soumis. Le sexe y est bien en général et y jouit d’une belle peau et d’un beau teint prérogative des pays aquatiques.

Ils n’ont pour boisson d’autre eau que celle des puits. Coudoulet titré de Marquisat avait jadis un château avec un commandant qui fut supprimé lors de la réunion de la principauté d’Orange à la couronne.

Le territoire de Coudoulet est borné au nord par celui de Chusclan et le Rhône, au levant par le Rhône au midi par la rivière de Cèze ainsi qu’au couchant.

La partie du territoire située au levant et au midi du village la plus considérable est un limon déposé par le Rhône et la Cèze, très fertile.

Le restant du territoire est une terre sablonneuse ou une terre forte mais qui a besoin d’engrais. Il renferme encore plusieurs isles d’un revenu très considérable pour le seigneur.

Les récoltes des habitants de Coudoulet sont celles du blé, du vin et des cocons.

La luzerne est la seule espèce de foin qu’on y sème.

Je ne m’arrêterai pas à faire l’énumération des végétaux qu’offre le terroir de Coudoulet.

Ils y sont presque tous aquatiques et bien moins variés qu’à Laudun. On y voit de particulier un poivrier très vieux et assez gros, en pleine terre, dont le fruit n’a pas à beaucoup près l’âcreté et la force de celui qui nous vient de l


Publié dans Histoire de Codolet

Commenter cet article

Robert Dupoux 22/04/2010 11:41



EH BEN EN VOI UNE BELLE HISTOIRE DE COUDOULET - RESTE A SAVOIR DANS QUELLE PARTIE DES HABITANTS DU VILLAGE ETAIENT NOS ENCËTRES  - AMITIES - ROBERT