Les Armes de Codolet.

Publié le par Fabrice


En novembre 1696, le Roi Louis XIV proclame un édit qui prescrit de dresser un Armorial Général de France, dont le juge d'armes Charles d'Hozier serait le garde. Les caisses du Trésor Royal étaient vides, le Roi avait besoin d'argent pour soutenir sa guerre contre la Ligue d'Augsbourg.

C’est alors que fut dressé « l’Armorial Général .


la rouviere et vouland


Des bureaux étaient mis en place où les possesseurs d'armoiries venaient faire leurs déclarations, et où ceux  désirants en recevoir  présentaient leurs demandes.

Après examen, des brevets portant le dessin du blason leur étaient remis, et leurs armes décrites et dessinées dans le recueil conservé à Paris.


Codolet &


 

 

 

 

L'Armorial fut ouvert à tous, aux nobles et aux personnes du Tiers qui méritaient d'en avoir.
"Pourront aussi porter armoiries, dit le Roi dans son édit, "les ecclésiastiques, les gens du clergé, les bourgeois de nos villes franches et autres . . . Et pour ne pas priver de cette marque d'honneur nos autres sujets qui possèdent des fiefs et terres nobles, les personnes de lettres et autres, qui par la noblesse de leur profession et de leur art, ou par leur mérite personnel, tiennent un rang d'honneur et de distinction... voulons que les officiers de la grande maitrise leur en puissent accorder lorsqu'ils en demanderont...
Autrement dit, à tous ceux qui pouvaient payer le droit d'enregistrement de 20 livres. Car, c'était bien là l'essentiel de la création de l'Armorial Général.


Chabert-1.jpg


Ces blasons n'étaient aucunement anoblissants. Tout au plus consacraient-ils une classe aisée, car derrière des professions telles que celles des marchands, se cachaient des personnes qui avaient du bien.
Ce fut pour trois personnages du village l'occasion de recevoir un signe officiel de reconnaissance sociale.
Et probablement le cas de notre aïeul "N. Chabert, Viguier de Coudoulet".


Publié dans La Famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article