Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

17 articles avec photo d'un jour

Le Chevalier Brigand et son histoire

Publié le par Fabrice

Il y a cette exceptionnelle lumière qui sculpte les contours de chaque chose, ces monuments hors du commun qui nous rappellent à chaque pas qu’une part de notre histoire commune est ici. Il y a ces micocouliers, ces figuiers et ce thym. Il y a des vignerons chaleureux à l’accent accueillant et l'histoire du Chevalier Brigand.

C'est en 1357, lors de la guerre de Cent Ans, l'année qui suivit la bataille de Poitiers, qu'apparurent de redoutables bandes connues dans l' Histoire sous le nom de "Grandes Compagnies".

Les Anglais étaient maîtres d'une partie du royaume, le roi Jean étant captif à Londres, la France était épuisée d'hommes et d'argent, la vieille chevalerie française avait disparu presque entièrement dans les combats, et la noblesse pouvait à peine donner encore quelques défenseurs au pays. Ce qui restait de mercenaires sous les armes, ne recevant plus de paie, se débanda, et sûr de leur impunité, ces hommes s'abandonnèrent à tous les excès d'une soldatesque effrénée.

D'abord ils se bornèrent à voler sur les routes et à piller les hameaux sans défense; et lorsque leurs bandes se furent grossies de tous les malfaiteurs qu'ils recrutaient chemin faisant, ils se choisirent des chefs, se formèrent en compagnies et commencèrent à opérer sur une vaste échelle, attaquant les châteaux et les bourgs, les monastère et les églises.

Les chroniques contemporaines les appellent « écorcheurs, routiers ou tard venus», ici ils sont désignés sous le nom de Brigands, d'une espèce de cotte de mailles appelée brigantine, dont ils se servaient.

Ce nom de Brigand, emprunté d'une pièce de leur armure, est devenu une flétrissure qui depuis eux a toujours était appliquée aux malfaiteurs.

Puis, leur nombre s'étant accrut, il n'y eut plus moyen d'opposer une digue à ce torrent dévastateur. Dans l'impuissance du pouvoir civil, les souverains pontifes, résidant en Avignon, fulminèrent contre eux bulles sur bulles; mais les armes spirituelles n'avaient pas plus de force que les lois.

Ces Brigands s'en moquaient et savaient bien se faire relever des censures ecclésiastiques qu'ils avaient encourus car chaque fois qu'ils rançonnaient le Pape, ils ne manquaient pas de lui demander par dessus le marché l'absolution de leurs crimes et sa bénédiction.

A leur suite, marchait une nuée de vagabonds, de gens sans aveu, de femmes perdues et de bêtes de somme.

Ainsi telle était l'épouvante qu'ils répandaient au loin, que le Roi Jean, quittant Avignon où il était allé voir le Pape, ne jugea pas prudent de s'aventurer par les chemins pour regagner Paris et remonta le cours du Rhône jusqu'à Lyon.

Dans ces temps calamiteux, il suffisait qu'un obscur intrigant ou un étranger sans aveu revendiqua des droits imaginaires à la couronne, pour qu'une troupe se réunit à un chef quelconque, au nom d'un homme qu'ils n' avaient jamais vu.

C'est ce que nous apprenons par une lettre du Pape Innocent VI à Louis et à Jeanne, Rois de Naples et Comtes de Provence, datée de la neuvième année de son pontificat. ( 1360)

Un Chevalier nommé Jean de Vernay, au service du Roi d' Angleterre et banni pour des crimes énormes, prenait la qualité de lieutenant du Roi de France comme représentant d'un aventurier, Gianni di Guccio, se disant fils de Louis le Hutin, Jean Ier, mort en bas age. Ce Jean de Vernay s'étant mis en campagne à la tête d'une troupe de gens armés et ayant établi son quartier général dans notre village de Codolet, près d'Avignon, mettait à contribution tout le pays alentour.

A nos très chers enfants en Jésus-Christ, les illustres Louis, Roi, et Jeanne, Reine de Sicile, salut et bénédiction apostolique. "Insatiable de maux, l'ennemi du genre humain, ennemi de la tranquillité et du repos des hommes, et surtout persécuteur infatigable des fidèles du Christ, ne cesse de chercher chaque jour les voies et les moyens de susciter des scandales au sein des nations et de s'opposer au bonheur des peuples.

Il doit être sans doute venu à votre connaissance depuis déjà longtemps qu'une idée insensée, une folie d'un genre extraordinaire s'est emparée de l'esprit d'un certain Jean Gucio , citoyen de Sienne, et cela à un tel point, qu'inventant des impostures inouïes et plus que ridicules, il a osé et ose encore se dire le Roi de France et prétendre que le Royaume de France lui appartient. Effronté dans ses paroles et fou dans son audace, quoiqu'une imagination si nouvelle, suggestion de l'esprit malin, soit tenue par nous «sans doute comme une invention, et qu'elle se présente à tous les hommes doués d'un jugement saint comme ridicule, il a trouvé cependant quelques hommes qui se sont faits les complices, les soutiens et les partisans de sa téméraire fantaisie, et parmi eux un Chevalier anglais nommé Jean de VERNAY, exilé et banni d'Angleterre, à ce que nous avons appris, pour plusieurs crimes énormes, et qui, ne rougissant pas de se proclamer, sous le manteau de cette folie, Lieutenant du Roi de France pour ce Jean Gucio, s'est adjoint une troupe d’hommes armés, et a exercé le pillage, la rapine, le meurtre et l’incendie dans le Royaume de France comme un scélérat.

Pour comble d'audace, sous cette fausse qualité qu'il s'est arrogée, il s'est emparé par des efforts odieux d'un fort nommé Codolet situé près de la ville d 'Avignon; mais il est arrivé que dans une rencontre ce même homme a été pris par les gens de notre très cher fils en Jésus-Christ JEAN, l'illustre Roi de France, c’est là que dans un combat, il a été fait prisonnier; c’est là qu’il est encore retenu captif.

D'un autre côté, Jean Gucio a été pris par les gens de notre fils bien aimé noble homme Mathias de Gisald, chevalier, sénéchal de votre province, et il est également détenu aujourd'hui par ce même sénéchal. Comme il convient à Votre Excellence de défendre l'honneur et l'état de ce Roi auquel vous attache un lien de parenté qui n'est pas médiocre et de témoigner à son Royaume de France le zèle et l'entier dévouement d'une amitié fraternelle ; comme il est digne de vous rendre à ses prières, et, en tant que Dieu le permet, de satisfaire à ses justes et sages demandes, nous adressons vivement nos supplications et nos exhortations à votre sérénité pour que vous veuillez bien accueillir, autant que l'honnêteté vous le conseillera, les sollicitations qu'il aura jugé à propos de vous adresser, vous priant de vouloir bien donner à votre sénéchal, au sujet de Jean Gucio, tous les ordres que vous suggérera une honnêteté dévouée, pour que votre libéralité envers nous en soit hautement manifestée et pour que le Roi de France ait tout lieu d'être content.»

Donné à Avignon le 16* jour d'avant les calendes de mars, la neuvième année de notre pontificat (1361).

embuscade

Marqués par le Rhône, frontière tout autant que lien, ceux qui vivent sur ses bords savent que le Roi des fleuves dicte sa loi. Peut-être est-ce pour se mesurer au géant que nos ancêtres ont choisi de bâtir sur ses rives.

Sûrement, au delà des appellations ou dénominations est-ce pour perpétuer le souvenir de son empreinte sur notre terroir que nos vins portent le nom de « Chevalier Brigand ».

On ne résiste pas aux plaisirs cumulés de l’Histoire et du plus doux des nectars.

 

Partager cet article

Vendanges précoces en perspective

Publié le par Fabrice

Vendanges précoces en perspectiveVendanges précoces en perspective
Vendanges précoces en perspective
Vendanges précoces en perspectiveVendanges précoces en perspectiveVendanges précoces en perspective

Publié dans Photo d'un jour

Partager cet article

Nous y serons bientôt !

Publié le par Fabrice

Nous y serons bientôt !

Comme les touristes, les raisins profitent du début des vacances d'été, pour changer de couleur. La véraison débute toujours sur la syrah, notre cépage le plus précoce. Les grenaches suivront, puis les carignans et nous y seront bientôt ! En vacances ?... Non, en vendange !!

Publié dans Photo d'un jour

Partager cet article

1 2 3 4 5 6 > >>