Le temps qu'il faudra

Publié le par Fabrice SAUT

Le temps qu'il faudra

Le jour se lève, le soleil qui dormait derrière le mont Ventoux apparaît à son sommet et nous éblouit de ses rayons de feu, il est sept heures, la journée débute dans les vignes. Remplir une cuve complète de grenaches noirs est l'objectif de cette matinée. Alors nous pourrons soutirer, vers les treize heures, une quantité suffisante d'un jus sucré, clair et frais destiné à l'élaboration du rosé de saignée ... Opération rendue bien plus compliquée cette année, car après des mois de sécheresse, les grains de grenache, pulpeux et à la peau craquante, renferment beaucoup mois de jus. Exigence et patience, le temps qu'il faudra, il y aura du rosé !

Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra
Le temps qu'il faudra

Commenter cet article